Comment développer ta créativité.

Partagez :

C’est un fait :
Le manque d’idées & d’inspiration est une situation à laquelle beaucoup d’anim’s sont confrontés !

Il n’y a qu’à se rendre sur les groupes Facebook pour en avoir la certitude absolue.
La même chose revient sans cesse : “Tiens, pas d’idées sur un thème, je sèches”. ” Vos idées svp ?”.

Pour ne rien arranger, vous craignez que le jeu que vous allez proposer n’adhère pas.

Pour mettre un terme au manque de créativité, c’est en fait très simple mais ça ne fait pas plaisir à lire.
Mais mon but est de vous dévoiler la vérité, pas de vous brosser dans le sens du poil.

Comprenez ce qui vous rend IMPRODUCTIF !

La Méthode pansement ?

95% des anim’s l’utilisent.

Elle consiste à chercher 5, 10, 50, 100 solutions provisoires plutôt que de développer les compétences
& habitudes qui résoudront votre problème de manière définitive.

Cet article vous dévoilera les clés pour développer un processus de créativité efficace.
Cela vous demandera un peu de sagesse mais j’ai confiance en vous.

Vous vous rendrez compte que vous êtes capable de faire 80% de ce que vous demandez, en deux fois moins de temps !

  • Vous aurez toujours quelque chose à proposer.
  • Plus aucune panne auprès des enfants.
  • Force de proposition.

Encore faut-il le vouloir, car si vous aimez juste tirer profit du travail des autres (profiteur), arrêtez cette lecture, votre problème sera le même demain.

Définition du profiteur : Tirer bénéfice du travail d’autrui pour se voiler la face sur son propre manque de compétence. N’ayant aucune envie de progresser par flemme ou manque de sens dans ce qu’il fait.

Nous connaissons tous un anim’ du genre. Et nous perdons des plumes à cause de lui.

Ceci étant dit, en route pour devenir créatif.

1. Renverser la vapeur (à votre avantage).

Le schéma de recherche classique, quel que soit votre ancienneté,  est un véritable désastre !
Vous le connaissez très bien, il ressemble à ça :

Il n’y a pas plus destructeur, comprenons pourquoi.
Même si, quelque part, vous n’en êtes pas entièrement responsable.

Les réseaux sociaux sont fait pour se divertir. Tout est donc organisé pour, pouuuurrrrrrrrr ? Vous divertir, BIEN JOUÉ. Mais à votre pseudo-insu. Après tout, chacun est maître de ses gestes et pensées.

Notifications, pubs, conneries gentilles des copains, le “ding” du portable, réduisent considérablement vos chances de concentration. Celle-ci devient très restreinte.

C’est comme si vous demandiez à un loulou de 9 ans, fada de foot, de faire ses devoirs devant les copains en train de jouer au ballon. Sous un beau soleil, à 22° et en présence de Killian M’Bappé…

Vous êtes en fait cet enfant voulant jouer avec ses copains mais… Rien n’est visible, tout est émotionnel et hormonal, là est le piège.

S’ajoute à cela la fatigue de la journée et l’installation du processus d’addiction amplement maîtrisé par ces puissances numériques opère. Vous voilà pris(e) dans les filets de la gratification immédiate.

 

Soyons plus clair.

Vous n’allez pas rechercher du jeu sur Facebook. Vous chercher le bien que ça vous procure, mais vous n’en êtes pas conscient.

Vous allez alors le rationnaliser par des arguments qui, justement, apaisent votre conscience.

Exemple : Dure journée de travail. Vous vous posez. Des parents chiants, le covid, la compote éclatée dans le fond du sac avec des miettes de BN, etc… Et oui, ça trime dans l’animation ;).

De ce fait, il faut une solution rapide mais surtout répondre à une émotion (frustration, peur, démotivation), qui va s’exprimer en allant au plus facile.

Vous voilà sur Facebook pour que des personnes prennent part à un problème qui n’est pas réellement le leur.

Puis vous allez, naturellement (mais Facebook le sait bien) dériver, consommer, d’autres activités. 

La raison première est donc de trouver un jeu. C’est l’excuse qui va justifier votre présence sur les réseaux.

La réalité est que vous avez perdu votre temps par manque de concentration. Même si, inévitablement, vous y retournerez.

Quel est ce mot, ha oui, addiction ! Si vous me détestez en ce moment ou que vous vous dites “N’importe quoi, je maîtrise quand je le veux”. Vous êtes bel et bien accroc.

Oui mais l’entraide Sam !!!! On fait de l’animation, c’est le partage, c’est fait pour ça.
Oui, pour certains en effet.

Mais pour d’autres c’est par simple fainéantise pour qui pomper le temps des autres paraît légitime.

C’est pour cela, et j’assume ce propos, qu’il ne faut pas confondre “personnes impliquées” et “profiteurs”.
Les personnes impliquées travaillent sur leurs erreurs pour ne pas les reproduire.

Exercice concret : Allez sur les réseaux juste pour trouver un jeu d’animation.
Voyez toutes les actions parasites qui ont détourné votre attention du but premier. Vous allez être surpris.

Deuxième étape de l’exercice : Se l’avouer 😉

Inutile de s’étendre sur le sujet mais pensez-y. Il est beaucoup plus facile de céder à la gratification instantanée.

Rien de mal à ça bien sûr, une vidéo YouTube, un fil d’actualité Instagram.

Mais quand cela devient au détriment d’une priorité professionnelle et même personnelle (relation humaine), sachez faire preuve d’autodétermination.

Je plaide coupable, mon pêché mignon est celui-ci: d’ailleurs je suis en train de gagner, t’as vu ?!! Désolé, je n’ai pas su caser le mot “animation”. Par contre, je sais m’arrêter, j’y ai longuement travaillé.

 

Que faut-il retenir ?

Faire passer Facebook en premier tue littéralement tout processus de créativité.

Il est “zappé” par le processus addictif provoqué car il y a sécrétion de l’hormone du plaisir, la dopamine.

C’est comme cela que ce comportement de répondre à diverses tentations “devient” votre habitude.
Votre corps & cerveau redemande de la dopamine.

Mais est-ce un bon comportement pour autant ?

Vous ne compreniez pas pourquoi vous n’arrivez pas à vous en sortir ?
Vous avez maintenant l’explication.

Avant même d’avoir eu le temps de faire fonctionner votre créativité, car elle aussi est un processus qui s’exerce, votre comportement s’oriente vers une facilité addictive.

Pourtant, que c’est cool quand ça fuse dans tous les sens dans notre esprit ! Vous n’êtes pas d’accord ?
D’ailleurs, voyez comment vous sentez-vous sans toutes ses distractions lors des colos par exemple (sociabilité et humeur notamment).

Le processus est pourtant à peine plus long pour avoir les mêmes sensations. À peine quelques minutes.

Comme un footing, les bienfaits pour le corps ne viennent pas pendant l’échauffement, mais à la fin de la séance et pendant la récupération.

Agissez à contre courant de 90% des animateurs qui se font avoir.

Retournez le problème à l’envers.

Bon ça va un peu d’humour 🙂

 

1- D’abord réfléchissez, ensuite, demandez de l’aide.

Cela stimule votre créativité et c’est ce que vous voulez. Du moins je l’espère pour vous, car c’est ce qui vous permettra de diviser par deux votre temps de préparation.

Nous l’avons vu, le circuit de récompense hormonal sera, à quelques minutes prêt, le même.
Comme l’expression, l’appétit vient en mangeant.

Voici l’ordre des étapes AVANT de se rendre sur Facebook.

Dans le schéma ci-dessous :

Le P représente vos compétences et connaissances personnelles.

Le S les sites et documentations spécialisées.

Le F vous le connaissez. Facebook ou Fainéantise masquée.

Les lignes représentent ce sur quoi vous devriez vous focaliser et avoir en vue en premier.

Enfin, la taille des cercles est proportionnelle au temps que vous y passerez au détriment du rendement.

P comme personnelle

Vous et vous seul pouvez développer cet aspect.

Personne ne mènera les jeux à votre place.
Personne ne peut développer les compétences que vous avez besoin à votre place non plus !

1 – Conservez les jeux que vous avez pratiqué et faites-vous en une base.

Cela prend beaucoup de temps mais à le mérite de vous rendre invincible !!
Oui vous lisez bien.

Quand vous êtes plus à même de proposer ce que vous voulez, quand vous le voulez, vous êtes FORT !
Donc en confiance, et les enfants se sentent sécurisé avec une personne confiante. BASTA.

Répertorier donc les jeux que vous connaissez et remplissez votre propre bibliothèque fréquemment pour pouvoir satisfaire les différents publics que vous rencontrerez. Du 3 ans aux adultes.

Ensuite, fixez vous 2 à 3 jeux que vous pratiquerez régulièrement pendant 2 à 3 semaines. Les enfants vous en remercieront. Apprendre c’est comprendre et pour comprendre, il faut répéter.

Avec ce processus, vous deviendrez de plus en plus solide & force de proposition. 
Sans cela vous serez constamment en demande.

2- Développez votre sens de l’organisation. 

Savoir où trouver vos jeux quand vous le souhaitez est extrêmement plus confortable que d’aller au petit bonheur la chance sur Facebook et d’attendre 2 à 3 réponses valables pour 1h d’attente.

Généralement, la réponse sera un nom de jeux, quelques mots, mais en rien un explicatif complet.
C’est logique, chacun à sa vie, ses occupations et notre temps est précieux.

Accepteriez-vous de donner 1h00 de votre temps, comme ça, à chaque post Facebook.
L’entraide OK, mais soyons honnête, l’entraide à ses limites.

Une fois le concept de projet d’animation maîtrisé, il est gavant d’en créer à chaque ACM.
Je trouve cela débile d’ailleurs. En début de carrière oui, mais ensuite, un rappel régulier suffit.

Donc pour gagner des dizaines d’heures en recherche de jeux, je vous propose de découvrir ma bibliothèque, la vidéo vous explique tous les bénéfices que vous en tirerez : c’est par ici.

3- La compétence ultime.

Fo-ca-li-sez votre attention. 

Mettez 20 à 30 minutes votre portable en mode avion et bossez sur ce que vous devez bosser.

Protégez-vous donc de ce flot d’interruptions, inutile par dessus le marché.

Vous serez surpris du résultat. 15 minutes sans portable = 1h30 avec.

Exemple : Travailler une adaptation de jeux au nouveau thème : le monde marin.

Un épervier à la mer se transforme en dauphin, les lapins en sardines. Vous avez votre adaptation du jeu. Cela m’a demandé 10 secondes…

Aspect pédagogique ? Le dauphin est “le méchant” du jeu. Pourtant il est très intelligent et aime l’homme mais lui aussi doit se nourrir. Voilà comment aborder la chaîne alimentaire en douceur.

Ayez confiance, il en sera de même pour les grands jeux.

4- Choisissez les bonnes compétences.

Rappel de la méthode pansement : Art subtil d’aller chercher une solution temporaire et de faire perdurer le problème à l’infini, plutôt que de développer la compétence qui va le résoudre définitivement.

Le progrès est là. Mais il faut savoir se faire accompagner quand vous ne savez pas comment opérer.

Exemple : Depuis que l’Humanité existe, les hommes préhistoriques se sont adaptés.
La découverte du feu en fait partie.

Si l’Homo Erectus a su domestiquer le feu, son prédécesseur quant à lui a peut-être profité de la foudre pour le faire perdurer tant bien que mal. Un bon coup de flotte et retour à la case départ, ne touchez pas 200€ (lol).

L’un a compris et développer la compétence pour savoir l’allumer, l’autre dépend des circonstances extérieures.

Lequel des deux a le plus de chances de survie selon vous ? Pour l’adaptation de vos jeux c’est pareil.
Facebook est la foudre, apprenez plutôt à faire du feu.

5- Observez

Amusez-vous à décortiquer les méthodes de tel ou tel animateur à succès.
Vous verrez, qu’il en soit conscient ou non, ce qui fait que ça fonctionne.

Avec une bonne énergie, 75% du travail est accompli. Ensuite c’est de la technique & du psychologique.

Chacun est amené à progresser sinon vous stagner. Et la stagnation, dans le fondement humain, c’est la régression assurée.

Les réseaux vous embarquent dans un cercle vicieux de dévalorisation. 
L’aspect solidaire sert quant à lui, de plus en plus, de prétexte à un manque de volonté. Oups  !

S comme spécifique

Des milliers d’animateurs sont passés par la même problématique que vous en ce moment.
Tirez avantage de leurs savoir-faire.

1- Rendez-vous sur les sites spécialisés (évitez les forums écrit en langage SMS).

Voici une petite liste qui devrait vous satisfaire.
Leurs auteurs sont des passionnés et donc la rédaction orientés pour vous aider.

Concernant la rédaction en langage SMS, désolé de vous le dire, ça ne fait pas sérieux.
Même si la personne qui a rédigé le jeu est extrêmement compétente.

Sachez qu’il faut 30 secondes pour que l’inconscient vous mette dans une case.

Cela fait penser à une personne dans le speed, qui a posé ça comme une envie de chier, et démerdez-vous. J’exclue bien sûr toute forme de dyslexie.

À l’image des réseaux sociaux, un nom de jeu par-ci, une idée par là. Bien.
Mais qui, réellement, s’inquiète de votre problème ? La furtivité n’a rien stable.

2- Suivez un processus & environnement qualitatif

Commençons par l’environnement, en plus d’être addictif par ses jeux, les discussions, les vidéos et autres procédés dispersant votre esprit dans tous les sens, les réseaux sociaux sont anxiogènes.

Vomir du cerveau devrait exister lol.

Trop d’info tue l’info, ce qui se définit par la “masturbation intellectuelle”.
Vous emmagasinez sans pour autant avancer et prendre de décision.

Si vous n’aviez qu’un seul jeu à essayer, vous ne choisiriez pas parmi les 10 qui vous font hésiter.

Rappelez vous :

“Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche”. Michel Audiard

Je vous avais annoncé que cet article allait droit au but.

Pensez-vous pouvoir progresser sereinement en voyant le nombre de personnes :

  • En demande de jeux.
  • Qui veulent qu’on résolve leur problème car tout leur est dû.
  • Constamment en train de se plaindre.
  • Refaire le monde pour rien.
  • Presque s’insulter entre eux.
  • Le salaire. Toujours le même refrain.
  • Inciter à la révolte sur les conditions de l’animateur.

Certes, des faits sont là, mais vous ne pouvez pas correctement évoluer dans ce cadre quelque peu, haineux. Rien ne s’est jamais accompli en ce sens.

Le processus, c’est le schéma que vous avez plus haut et pour cela Google et YouTube sont vos amis.

Désolé de rappeler quelque chose de si évident, mais avant d’ennuyer les autres, faites vos propres recherches.

Il y a des milliers de tutos pour prendre en compétence. Dès aujoud’hui.

3- Suivez les passionnés en vidéo :

Ce sont les plus à même de vous donner les meilleurs conseils.
La plupart d’entre eux essayent d’en vivre ou en vivent.

Ce qui est bien normal car ils vous permettent d’aller plus loin dans vos pratiques et vous font économiser un temps fou. Lui aussi à un prix et je peux vous certifier qu’ils en passent.

ManzaBull pour les activités manuelles en cliquant ici.

Valentin Verthé pour les petites expériences en cliquant ici.

Rémi comptines pour les chants en cliquant ici.

Pourquoi en vidéo . Parce que votre mémorisation en sera plus complète.

4- Prenez du recul sur Facebook (ou apprenez à l’utiliser).

Est-il réellement rentable et utile ?

Oui, sans doute, car l’entraide part d’une bonne intention.

Cependant, son rendement est très faible par rapport au temps gaspillé et la fiabilité des informations.

Les causes sont parfois dures à avaler mais c’est la stricte vérité. 

  • Les gens n’ont pas “trop” de temps à vous accorder. Ce qui est logique pour ce que l’on a de plus précieux dans notre vie car limité, le temps.
  • Aucune solution concrète de A à Z ne vous est réellement apportée. Les personnes vous donnent des idées en vrac, ce qui est déjà cool de leur part!! Mais insuffisant.
  • Les personnes viennent se rassurer mais ne sont pas prêtes à s’impliquer dans une démarche de progression. Les problèmes sont toujours les mêmes mais cela apporte un confort.
  • De par l’idée précédente, les gens se donnent souvent de mauvais conseils. Notamment pour les questions d’ordre juridique (contrat de travail notamment).

    Vous avez un employeur à qui poser la question non ? Prenez votre courage à deux mains, vous ne serez pas viré pour avoir demandé des éclaircissements sur vos conditions de travail.

    Prenez également le temps de lire intégralement votre contrat.

  • Beaucoup de réponses sont basées sur le vécu, et donc imprégnées de conditions différentes.
    Même si des similitudes sont incontestables, le message passe mal.
  • Les doublons sont innombrables, cependant, il y a parfois de bonnes associations d’idées.
    Sachez les détecter.
  • En quelques minutes , votre post est zappé par les autres. Système d’empilage.
  • C’est toujours les mêmes choses qui reviennent. Beaucoup de discussions, d’égo, de “moi j’ai raison”.
  • Pour les groupes privés, vous dépendez de l’autorisation des admins. Ils ont aussi leur journée à réaliser avant de donner de leur temps à leur groupe. Si votre timing n’est pas bon, c’est foutu.
    Et vous ne pouvez pas le gérer.

Une preuve de cet article ?
Ne bougez pas, je me rend de suite sur un groupe.

Bingo !! Et ce dès l’ouverture de mon compte. Le post à 5 minutes.

Voici un exemple : “Ccou est ce que quelqu’un à des activités manuelles sur le thème de Disney pour les 6/10 ans svp. Je sèche un peu !

Réponse 1 : Pixel art, perle Hama, blind test.

Réponse 2 : Pixel art (répétition), papertoys… Tape sur pinterest bricolage Disney, il y en a pleins.

Réponse 3 : Des photos Disney : Nemo, Dumbo et une tête de Mickey.

Pour le coup, de bons éléments sont apportés mais demandant un peu de matériel. 

Les phrases font 12 mots maximum.

Les photos donnent le produit fini mais pas la “recette” pour les construire.

Nous avons donc des personnes bien sympas de prendre une minute pour répondre par des phrases courtes mais n’apportant pas une réelle solution ni la méthode pour trouver par soi-même.

Récapitulatif du processus de créativité.

Reprenons l’exemple ci-dessus en commençant par le perso

1- Rappelez-vous d’une activité manuelle que vous pouvez adapter à Disney = Perso

Première idée : coloriage (un peu limite), fresque, figurine à faire tenir debout pour une histoire, vient donc l’idée d’un théâtre d’ombre ou kamishibaï.

De ce fait, l’activité découle sur une autre activité. Intéressant.

Pourquoi ne pas inventer une histoire pour Peter Pan. Les enfants deviennent donc acteurs des histoires de leurs héros favoris. Doublement intéressant.

2- Demandez aux enfants = Perso

Et oui, avant même de lancer le thème, au détour d’une petite discussion  au moment du repas.

Si vous n’êtes pas ou plus au parfum, les enfants vous donneront les dessins animés du moment. De quoi vous remettre en selle.

3- Ne vous mettez pas de frein = Perso

De nombreuses idées qui méritent d’être réalisées ne voient jamais le jour pour des raisons qui ne tiennent pas : 

  • Le directeur va pas aimer. La pédagogie et le ludisme sont présents ? Alors foncez.

    Vous saurez expliquer votre démarche au directeur ?
    Je l’ai été de nombreuses années et laisse carte blanche du moment que c’est construit.

  • Les collègues ne vont pas me suivre ? Et bien faites en sorte qu’ils vous suivent.
  • Trop de matériel ? Vous pouvez le demander et anticiper niveau temps (1 à 2 semaines avant). De plus cela implique les parents.
  • Oui mais les parents ne suivent pas ? Si vous leur dites que c’est pour leur enfant, ils feront l’effort pour 50 à 60% d’entre eux. Ce qui est déjà bien.
  • La seule chose qui doit vous freiner au départ sont les moyens matériels, financiers et temporels.

    Si vous n’avez pas le temps suffisant, reportez.
    Si vous n’avez pas le matériel, changez d’idées.
    S’il faut être 4 mais que vous n’êtes que 2, adaptez ou gardez votre situation sous le coude.

Fin d’idées ? Passez au Spécifique

4- Votre recherche sur vos sites favoris.

Faites-vous une liste des sites où vous savez qu’une solution peut vous être apportée.

En certaines occasions, d’autres idées vont vous revenir. Vous en aurez alors un stock considérable.

5- Moteur de recherche comme Google et YouTube.

Ces deux-là sont les plus puissants du monde sur deux support différents. Lecture et vidéo.

Tapez les mots clés en barre de recherche et servez-vous.

Pour notre exemple “Activités manuelles Disney”.

Puis par spécificité :

  • “Activités manuelles Peter Pan”.
  • “Modèle dessin petite sirène”.
  • “Figurine Mickey”
  • “Ombre chinoise Roi lion”. Tiens !! De quoi faire un mémory ou un blind test visuel Disney.

    30 minutes d’activités. D’ailleurs cela recouvre toutes les générations.
    Les parents pourraient être conviés. Vous voyez comment viennent les choses.

Facebook

Vous rendez compte maintenant, comme je vous l’ai promis, que vous aviez plus de 75% de la solution à votre problème.

Vous ne devez que vous disciplinez à suivre une méthode productive et non de consommation !

Sur l’exemple, j’ai été m’intéresser au pixel art.

Dernière astuce avant de demander de l’aide (thème, situation).

Cliquez dans la barre de recherche du groupe si une discussion antérieure n’a pas déjà répondu à votre recherche. Vous gagnerez du temps et ne dérangerez personne.


Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.